Table Rase

14 juin 1968 | Categories: Non classé | Posted by: Kukubengu

La diversité n’est pas un vain mot pour le collectif Table Rase. Leur prochaine compilation Metaworks Vol.1, à paraître le 20 juin en témoigne. Leurs influences autant que les artistes avec qui ils collaborent se sont toujours inscrits dans une démarche de recherche sonore qui leur fait grandement honneur.

MiXiT: Pouvez-­vous vous présenter rapidement ?

Table Rase est un collectif de DJs qui organise des soirées dans le but de promouvoir ses influences musicales.

MiXiT: Comment s’est créé Table Rase ?

A l’origine, nous organisions tous les 3 (Hugo, Valou et Seb) des soirées chacun de notre côté. On s’est dit qu’il fallait créer une structure pour regrouper tous nos événements. Nous avons donc créé Table Rase Event. On a remarqué que beaucoup de collectifs rouennais avaient un style vraiment arrêté.

On a très vite rencontré plein de gens, dont Maxime et Andréa qui forment Doucement Thierry. On les a fait jouer à une de nos soirées, on a adoré leur musique et les personnes qu’ils sont. Suite à cette rencontre, Table Rase Event est alors devenu Table Rase et non plus une structure événementielle mais un crew de DJs qui organise toujours des soirées.

MiXiT : Quelle est votre ligne artistique au sein de Table Rase ?

On privilégie en grande partie la musique électronique mais le style le plus représenté chez nous est plutôt techno et house. Cependant Table Rase oscille entre artistes locaux et invités  surprenants venant des 4 coins de la France. A la rentrée, vers septembre, on aimerait que cette ligne artistique soit amplifiée, c’est à dire l’élargir.

MiXIT: Quels artistes rêveriez-vous d’inviter à Rouen ?

Il y en a tellement… Même si aujourd’hui on voudrait continuer nos soirées toujours avec des locaux et des petits invités sympas, on a cette part de rêve avec comme Point Point, KINK ou Gesaffelstein et beaucoup d’autres dans des styles toujours plus différents.

MiXiT : Certains de vos membres sont producteurs, aimeriez­vous fonder votre propre  label à terme?

On pourrait en effet s’impliquer à fonder et gérer un label. Seulement, TableRase a été créée pour apparaître comme une famille de DJs dans laquelle chaque artiste reste libre de se produire où il veut. On pense que se donner le rang de label nous fera perdre cette notion de groupe et de famille.

En dehors de l’image de label, on sort notre première compilation (ça en annonce d’autres). Metaworks vol.1 sort le 20 juin en free download et sur Soundcloud et Bandcamp. Encore une fois, le but est de mettre en avant la scène locale puisque la majorité des artistes sur cette compilation sont rouennais. C’est pour cette raison que Metaworks sort en indépendant et non pas sur un label.

13094317_1721442181471516_6349625399180591938_n

MiXiT: Quel rapport entretenez-vous avec la scène rouennaise ?

Depuis quelques mois, de notre point de vue, on remarque qu’il y a un public (en partie le nôtre), qui est attachée à un style défini mais apprécie cependant la variété. Le fait de jouer sur ce point et de s’appliquer sur la réalisation de nos soirées nous permet de tirer une petite notoriété. On remarque que les gens sont contents de nos soirées, on voit des sourires, et on reçoit des retours positifs. Et puis à Rouen, il y a beaucoup de collectifs, il n’y a pas de concurrence mais par rapport au nombre de lieux agréables, c’est difficile de plaire à tout le monde.

Depuis le début de la communication sur Metaworks, on touche les publics de chaque artiste, ce qui nous a permis de nous faire connaître d’avantage et de partager notre musique avec toujours plus de monde. On a vraiment hâte de la sortir.

MiXiT : Comment analysez-­vous l’évolution de la scène rouennaise depuis ces 3 dernières années ?

Depuis 3 ans, Rouen a bien bougé. La Ville a misé il y a peu sur un changement culturel en arrêtant de mettre l’accent sur notre cathédrale et autres monuments. Le 106 a beaucoup contribué à cet essor culturel.

Il y a deux ans, l’ouverture de nouveaux clubs a fait monter les rythmes industriels. Ce qui a plu. Mais on a vite senti que les soirées se répétaient et surtout que le public, et même nous, est devenu exigeant en termes de programmation. Récemment, Rouen a fermé 2 lieux de la vie nocturne importants pour nous. Il faut vraiment miser sur la pluralité culturelle et stylistique.

MiXiT : Quels sont vos projets pour le futur ?

On prévoit toujours de continuer nos soirées mais plus insister sur des invités intéressants et pas forcément locaux. Tout bientôt sort notre première compilation et on compte bien en ressortir d’autres éditions. On va continuer de sortir d’autres éditions. On va continuer de soutenir nos artistes dans leurs releases et peut-être agrandir la famille. On compte aussi regrouper l’ensemble des artistes sur un projet commun… STAY TUNED!

.kukubengu.

Drop a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *