Patrick Topping – Get Beasty EP

07 fév 2014 | Categories: Chroniques | Posted by: MiXiT

Le  jeune loup de Hot Creations sort un nouvel EP. En nous penchant sur les faits, on se rend compte que Patrick Topping monte en flèche. Playlisté par Jamie Jones et tous ses potes, il commence sur Hot Trax, puis est adoubé sur Hot Creations, et aujourd’hui il se retrouve à une place très convoitée, celle de l’artiste qui sort le premier EP de l’année pour le label.

Fidèle à sa patte, il propose trois titres tech-house classiques. Des basses et des cymbales qui se répondent gaiement et des « happy synths » qui, une fois pris au second degré, se révèlent être des armes de dancefloor implacables. De longues montées servent des drops efficaces, comme d’habitude.

coverGet Beasty, au même titre que Stop, vont vous hanter un moment. Pas dans votre lit, mais vous les entendrez de nombreuses fois lors de vos sorties des prochains mois. Les deux tracks sont aussi efficaces qu’elles sont « faciles » donc limitées, et c’est ce qu’on peut leur reprocher. A deux heures du matin elles vont passer comme deux lettres à La Poste, rafraîchissant un petit set house avant qu’il ne s’aventure dans des limbes plus sombres. Il vous sera impossible de ne pas taper du pied, de vous lever et de danser. Maintenant vous les écouterez une fois, deux fois, et à la troisième vous en serez sûrement ennuyés.

Strights Up ne révolutionne pas le genre mais étonne en superposant deux ambiances distinctes. On reste en présence d’un morceau qui ravira les danseurs mais l’écoute se révèle moins prévisible, et toute proportion gardée, plus complexe. En proposant une construction différente il ne révolutionne pas le genre, mais prouve que cet EP a autre chose à offrir que des bombes de club sans originalité.

 

Patrick Topping commence à devenir l’exemple d’un important travers de la musique house actuelle : un morceau n’a pas besoin d’être joliment composé ou original pour « déchirer sa putain de race ». Il est évident ici qu’un alignement bien senti de basses et de hats a déjà fait les trois quarts du travail. Même si la lassitude arrivera probablement et que ces morceaux ne deviendront jamais de grands classiques, leur « force de persuasion festive » est maximale.

Ainsi, du fait de sa place de premier EP de l’année, « Get Beasty » en dit un peu plus sur Hot Creations que ses autres sorties. A son écoute, on se dit que le label est en train de se perdre à force de vouloir trop en faire. Sans aller si loin, il est possible qu’il soit victime de son immense succès : il prend des directions certes originales mais opposées, avec par exemple la formation Hot Natured qui propose une expérience live de groupe bien loin de DJ sets classiques. En voulant se diversifier à l’extrême, il perd peut-être en cohérence, et risque de souffler la flamme de la house qui l’animait au début. Pour preuve ici un EP somme toute fade.

Cependant, le futur de Patrick Toping semble des plus radieux. Présent sur la compilation Defected Miami de cette année, il signera également des remixes pour Circus Recordings et Resonance Records, avant de sortir un autre EP pour Hot Creations. Nous attendons de voir, si les productions de Topping ne deviennent pas définitivement les caricatures de ce qu’elles veulent être, elles pourraient incarner le nouveau souffle d’un label qui semble voué à finir comme Ed Banger records. Sinon, tant pis.

.Henri.

Drop a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *