La Fille de l’Air : une nana pas comme les autres…

08 août 2016 | Categories: Entrevues | Posted by: Lou

Pour cette Interview du label LFDA, nous avons contacté Maxence (a.k.a. Playmobeats), co-fondateur du collectif LFDA (La Fille De l’Air) avec Julien (a.k.a.  J.Sweet) et Fabien (a.k.a. Korgbrain).

Capture

Pas étonnant de voir un tel trio ressortir encore une fois de la ligne d’horizon d’un océan musical en pleine émulsification… Ils ont la bougeotte, et pas qu’un peu ! En effet, La Fille de l’Air (LFDA) reprend du service après un court break stratégique des jeunes producteurs : nouvelle équipe, nouvelle identité visuelle et nouveaux projets. Forte de ses trois acolytes, l’équipe du label LFDA se concentre et s’active…. On va donc revenir ensemble sur ses débuts, et sur le renouveau insufflé depuis quelques temps au label devenu collectif.

Avant donc d’en venir aux événements qui redynamisent votre trio, il va falloir resituer nos lecteurs, car, les membres de notre crew eux même ayant du mal à suivre les multiples projets du label, il faut tout de même rappeler vos débuts, qui vous ont emmené à Dour Festival, en passant par Lille et Marseille (pour ne citer que ces villes-étapes)…

MiXiT: Salut Maxence, peux-tu donc nous en dire davantage sur la création du collectif en lui-même, de ses premiers pas à ses premiers succès, ainsi que l’esprit dans lequel vous avez monté ce beau projet ?

Playmo : Ça remonte à presque 4 ans maintenant, mon collectif de l’époque avait décidé d’adopter Fabien (a.k.a. Korgbrain).  Ça a très vite matché car nous abordons  la musique d’une façon similaire, et plus particulièrement la musique house, tant dans ses origines, que dans ses retranchements. C’est donc assez naturellement que j’ai embarqué Fabien dans cette aventure, et de mémoire, il n’a pas trop hésité ! Nous partagions aussi des valeurs communes sur la musique et l’envie de monter un projet qui nous correspond et nous ressemble.

13903302_767131786762928_2661102862896551662_nMiXiT : Quel est donc l’ADN de votre projet ?

Playmo : C’était un label, mais aujourd’hui c’est également devenu un collectif. Nous avons choisi de faire office de label tremplin, c’est à dire d’accompagner les artistes dans leurs premières sorties musicales en leur donnant la possibilité de se faire connaître mais pas seulement. Nous les aidons dans la phase productive s’ils le souhaitent et nous réalisons les visuels avec notre équipe. Plusieurs artistes y travaillent et apportent leur marque de fabrique à chacune de nos sorties et c’est ce qui constitue, in fine , notre propre marque de fabrique.

Nous mettons ensuite en vente les EP à prix participatifs. Ce format non mercantile nous permet également de bénéficier d’une réelle liberté ! La surprise c’est qu’aujourd’hui beaucoup d’artistes ont eu l’occasion de signer des EP sur des labels plus importants que LFDA, mais qui se font toujours un plaisir de réaliser des tracks pour nous, comme cela a été le cas pour la compile Textures #1 que nous avons sortie pour le prologue PWFM par exemple (une belle surprise que nous aborderons plus bas !).

C’est aussi un collectif d’artistes : il y a d’abord 3 platinistes, J.Sweet, Korgbrain et moi-même. Mais nous comptons aussi Buckl, notre graphiste et notre photographe, Lorena Mijangos.


Ensuite, nous avons développé notre propre concept de soirée, appelée « Paris S’éveille », avec une première édition en avril dernier avec The Parisianer et le magazine Errratum. C’était pour nous deux coups de cœur issus de l’univers de l’illustration. Nous avons donc fait venir une exposition entière du collectif ainsi que l’équipe du magazine au Batofar,  et ça a été un super moment !

En septembre,  nous allons nous essayer à des choses nouvelles. Nous préparons donc un concept qui lierait musiciens de Jazz et artistes de la musique électronique avec leurs machines. L’idée est de vivre et de faire vivre une expérience nouvelle. Nous allons également débuter une résidence à la rentrée dans un lieu et avec un projet nouveau et peu commun ce qui nous correspond bien.

Puis, en dehors de ces expériences, on continue d’évoluer dans différents clubs et événements.

13936750_1176479229039575_1590189593_n

MiXiT: Comme on le disait plus haut, vous avez donc fait un petit break, histoire de se recentrer ?

Playmo : Quelques tracas du quotidien mais surtout et toujours beaucoup de musique. On s’oblige à faire les choses bien, alors on a pris le temps de faire mûrir notre projet, de réfléchir à nos envies ; et aussi pour que ce septième EP avec Val du Val soit un vrai nouveau départ pour LFDA.

MiXiT: Un choix stratégique en quelque sorte ?

Playmo : Carrément ! Pour la partie label, on a totalement restructuré notre façon de produire nos artistes, de manière à donner une vision plus complète de leur travail : c’est-à-dire sortir premièrement une mixtape ponctuée d’exclusivités, puis un Ep de l’artiste et enfin un Ep remix. Cette vision 360° est assez payante, avec par exemple l’Ep de Val du Val qui tourne sur quelques radios déjà ! Nous avons également lancé un format sampler appelé « Textures » que nous avons proposé lors de l’événement prologue organisé au 6B par PWFM, et composé de 11 tracks, toutes des exclusivités pour le coup. Il sortira d’ailleurs en digital le 22 Août 2016 pour ceux qui nous suivent sur les plateformes et réseaux !

MiXiT: Pour le coup, vos sorties sont … bigarrées ! Est-ce volontaire ? 12633635_679895548819886_6481651851515349901_o

Playmo : A partir du moment où nous sommes d’accord sur l’univers qui nous alimente dans la musique house, mais aussi bien au-delà, dans toutes ses sonorités qui nous plaisent, nous ne nous posons pas réellement la question. Ces choix nous correspondent et les artistes s’y reconnaissent de même que les gens qui nous suivent. On ne brouille pas les pistes, on pense que la musique électronique ne mérite pas de frontières.

MiXiT: Et côté évent, l’équipe Mixit est venu vous voir ce weekend au prologue PWFM, avec la sortie du Textures #1, cette fameuse petite merveille dont on parlait tout à l’heure.

Elle regroupe pas moins de 11 exclues de vous et de vos artistes connexes que l’on voit régulièrement dans vos sorties: Val du Val, Goldhammer, Cheaper Shephred,  ou encore Arminj (membre de Mixit, qui s’active énormément ces temps-ci niveau production), sans oublier Korgbrain et toi-même ! En plus de ça, des nouvelles découvertes comme Mila Dietrich et sa monstrueuse track, ou encore Viami Mice que l’on voit plus rarement chez vous. Une belle compile, il faut l’avouer ! Comment ça s’est passé pour sortir tout ça à temps ? 

Playmo : Nous voulions nous lancer un défi pour cet événement, on l’a fait mais en effet, réaliser un sampler avec si peu de délai, tout en participant à la compile, nos nuits ont été courtes. Mais le projet a été une belle réussite, on a été très content de participer à cet event, on y a fait pas mal de belles rencontres, dans une ambiance ultra casual et détendue. Une belle expérience musicale. Mais les lunettes polarisées ont été d’une grande aide on va dire haha !! On félicite l’orga PWFM en passant, qui était sur le pont!

MiXiT : Merci beaucoup pour cette rencontre, et à très vite !

En conclusion, voila un label / collectif à suivre de près, car de très bonnes surprises risquent d’arriver, tant musicalement qu’au niveau événements …

Suivez LFDA sur Facebook et soundcloud pour plus d’informations !

Retrouvez également une mixologie de Playmobeats sur notre soundcloud.

Louise & Louis

Drop a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *