Rencontre avec Kosme (Caramelo Events & Records)

07 nov 2012 | Categories: Entrevues | Posted by: Uyuni

C’est dans un café lyonnais que je rencontre Kosme, Dj et fondateur de Caramelo avec Juliano et Marie. Ce label lyonnais en effervescence possède une résidence à L’ambassade (Lyon) et a déjà fait de nombreuses soirées à Paris, Stuttgart ou encore Berlin (au fameux Week End Club).

Néanmoins, il ne s’agit pas d’un label de house-music comme les autres… Caramelo,  c’est avant tout une vraie expérience de partage autour de la musique !

Leurs racines musicales sont essentiellement issues de la culture black de Detroit et Chicago, et d’une passion tenace pour le vinyle.

Marie, Juliano et Kosme

MiXiT : Racontez- nous un peu l’histoire du projet Caramelo. Qu’est-ce qui vous a poussé à créer ce label et cette structure évènementielle ?

Kosme : Je suis un passionné de musique, DJ depuis 16 ans, cela s’est fait assez naturellement à vrai dire. Je suis arrivé sur Lyon il y à 8 ans et ce projet est le fruit de nombreuses rencontres. Ce partage autour de la musique est le point central de notre aventure, et aujourd’hui notre structure très « familiale » est au service de la musique et des artistes en lesquels nous avons foi.

MiXiT : C’est aussi ce que vous recherchez quand vous choisissez les artistes que vous voulez produire sur votre label ?

Kosme : En effet, on a toujours privilégié cet aspect « familial ». On travaille avec des gens  avec qui on partage des valeurs communes sur la musique bien sûr, et sur la vie en général. Je reçois environ 5 nouvelles démos tous les jours, il y a souvent des choses bien, mais ce qui m’intéresse avant tout c’est le rapport humain. Je dois avoir envie de vivre des choses et d’avoir des liens au-delà de la musique avec les artistes que l’on signe. Pour nous, c’est la condition pour pouvoir construire quelque chose de fort et qui nous ressemble. C’est dans cet état d’esprit que nous avons travaillé sur les maxis précédents avec Konstantin Sibold et Roman Rauch, et c’est ce qui fait qu’aujourd’hui on est extrêmement liés et que l’on a un vrai plaisir à produire et jouer de la musique ensemble.

MiXiT : Quel est votre héritage / Quelles sont vos influences ?

Kosme : Notre héritage est principalement celui de la culture Black de Detroit avec des chefs de file comme Derrick May, Theo Parrish. C’est dans cet univers house que j’ai baigné.  Après j’aime la musique en général, j’écoute aussi pas mal de funk et de jazz.

MiXiT : Cela explique votre choix du mix exclusivement sur vinyles ?

Kosme : Ça fait 17 ans que j’achète des vinyles, c’est mon support. J’ai toujours évolué avec ça, c’est toujours de cette façon que j’ai écouté la musique. Évidemment, il y a un caractère militant dans le vinyle, mais pour moi, il y a aussi une vraie dimension sociale . Rien ne pourra jamais remplacer les rencontres, les échanges et les surprises que tu fais dans un shop de vinyles ; combien de fois je suis reparti totalement émerveillé des disques que m’ont fait découvrir les vendeurs ou clients. J’adore ce travail de recherche que tu as avec le vinyle, c’est vraiment une démarche différente de celle que tu peux avoir sur internet. Chaque découverte est un peu unique. Finalement, tout ça est la bonne explication de pourquoi on réalise aujourd’hui toutes nos sorties exclusivement sur vinyles.

MiXiT : Vos différentes pochettes semblent suivre une certaine trame graphique, avec les thèmes en noir et blanc, l’ours. Pourquoi un tel choix ?

Kosme : J’ai une espèce de conviction liée à notre histoire. Pour moi, la musique évoque toujours à la fois l’enfance et l’évasion. La musique comme échappatoire, comme écho d’une naïveté enfantine. C’est cette candeur qu’on a voulu retranscrire avec l’ours de Caramelo. On a bossé avec le graphiste lyonnais Isla et on a travaillé sur ce côté enfantin symbolisé par l’ours.

Pour nous le graphisme est quelque chose de très important. Un vinyle, ce n’est pas que du son, c’est un véritable objet. Un objet minimaliste certes, mais qui a une identité : Il est très important à nos yeux d’harmoniser le graphisme d’un disque avec l’atmosphère du son qu’il contient.

MiXiT : Quel est votre meilleur souvenir depuis que vous avez monté votre label ou vos soirées ?

Kosme : Je suis content à chaque fois que les gens sont surpris et prennent leurs pieds. Surtout lorsque c’est sur quelque chose qui sort des sentiers battus. Ce qu’on essaye toujours de faire, notamment avec nos « guests » lors de nos soirées.

J’ai gardé un très bon souvenir d’une soirée à L’ambassade Club avec notre ami berlinois Dor (Laid). C’est un mec qui a tout compris au son, il a une collection de vinyles impressionnante. Récemment, il a même fait une prestation époustouflante au Panorama Bar (Berlin) avec un set purement atmosphérique sans kick ! Chapeau !

MiXiT : Que pensez-vous en général du Clubbing en France ?

Kosme : Il y a toujours eu des choses intéressantes en France. Avant la musique électronique était peu connue, maintenant tout le monde se l’approprie (le cinéma, la pub, etc.). À certains endroits on est passé du « néant » à une surexposition, et ce de façon complètement commerciale.

En fait, ce que je trouve réellement intéressant aujourd’hui, c’est de voir certains jeunes, qui sans avoir connu les premiers pas de la musique électronique, organisent des soirées avec le même esprit originel qu’il y a 20 ans. C’est un peu comme si un passage de témoin s’était fait naturellement. Depuis 1 an ou 2, les gens se permettent d’organiser des trucs dans des lieux inédits (toits, parcs). C’est cool de voir ce changement s’organiser par la jeunesse.

MiXiT : … Et à Lyon ?

Kosme : Une des particularités lyonnaises est très certainement les Nuits Sonores. Je crois que ce festival a apporté pas mal de vocations chez les jeunes. À la différence d’autres villes, il reste à Lyon une dimension assez familiale, de partage, d’ouverture. Les promoteurs sont solidaires entre eux. Le public et les gens sont assez spontanés, et aiment s’amuser.

MiXiT : Quels sont les prochains événements et les prochaines « release » de Caramelo ?

Kosme : On a pas mal de projets en cours pour l’année prochaine que cela soit pour le label ou les soirées !

Tout prochainement, pour la première fois à Lyon, Virginia – résidente du Panorama Bar, qui a fait pas mal de tracks avec Steffi – le 16 novembre à L’ambassade Club.

En décembre, nous recevrons notre « chouchou » et ami Baaz, toujours dans le cadre de notre résidence mensuelle à L’Ambassade. C’est un super producteur et pour moi un des meilleurs Dj house que je connaisse.

En ce qui concerne notre prochaine sortie sur Caramelo records, le 3ème opus devrait voir le jour d’ici peu, avec des morceaux signés par un nouvel artiste au sein du label, Perrez, un talentueux producteur autrichien, ainsi que des morceaux produits par moi-même (Kosme). Croyez moi vous n’avez pas fini de danser !

 

E.P. Caramelo 001

A1) Konstantin Sibold – Leif

B1) Konstantin Sibold – Maria (PREVIEW)

B2) Konstantin Sibold – Mariam (Kosme & Rémi Bertolino Remix)

 

 

 

 

E.P. Caramelo 002

A1) WASNME – Standing Hi

A2) Konstantin Sibold – Aleks (Short Version)

B1) WASNME – Whatever

B2) WASNME – Puttin It Mathematically (PREVIEW)

 

 

[Credits photos : Tomislav Vukosav / Christel Mauve / Julien Saez]


.Uyuni.

Drop a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *