ENTREVUE AVEC RENART

01 avr 2016 | Categories: Entrevues | Posted by: Lou

Rencontre d’un autre temps avec un personnage jeune et talentueux, voué à continuer de nous étonner dans le futur. Renart revient sur son parcours, ses collaborations avec différents labels et sur le lancement de son nouvel EP sur le label Dawn Records.

MiXiT: Salut Renart! Pourrais-tu brièvement te présenter, pour nos lecteurs qui ne te connaissent pas (encore) ? Comment est-ce que tu définirais ta musique ?

Renart: Je ne fais pas de musique. Je suis Renart et mon ennemi mortel est Ysengrin, le cruel seigneur loup.

MiXiT: D’où vient ton nom de scène, Renart ? Un clin d’œil au roman de Renart ?

Renart: Renart est un personnage du Roman de Renart, qui est à la fois un seigneur et un animal selon les contes. C’est l’un des premiers romans qui a été écrit en langue romaine, d’où le terme roman (ce n’est pas pour indiquer que ça raconte une histoire, mais pour dire que c’est écrit en roman et non pas en latin). C’était un livre que ma mère me lisait quand j’étais petit et puis j’ai recroisé le personnage plusieurs fois au cours de mes études (Culture antique et Monde Contemporain).

MiXiT: On voudrait en savoir un peu plus sur ton parcours. Comment est né ton engouement pour la musique électronique ? Et ton envie de produire ?

Renart: Je jouais dans plusieurs groupes de Métal et quand le lycée s’est terminé, tous ceux avec qui je jouais sont parti dans des villes différentes et donc du coup je me suis retrouvé un peu tout seul avec mon envie de continuer à faire de la musique. Donc pour moi le début de la musique électronique ça a été de programmer des batteries Métal sur lesquelles je pouvais jouer, puis j’ai commencé à tripper de plus en plus sur ce qu’on pouvait faire et puis c’est parti en freestyle.

MiXiT: Cracki Records, Fragrant Harbour, Dawn Records,… quelques mots pour nous parler de ces labels ? 

Renart: Ce sont tous des potes. Je n’ai jamais essayé des morceaux sur d’autres labels, en fait ce n’est que le fruit de rencontres et de feelings personnel. J’essayais vraiment de limiter au maximum le côté business.

Renart x Fragrant Harbour

Renart x Fragrant Harbour

MiXiT: Si je ne me trompe pas c’est Fragrant Harbour qui est basé à Hong Kong, du coup comment est-ce que tu as été amené à travailler avec ce label ? 

Renart: Oui, Fragrant Harbour sont sur Hong Kong, et donc en fait c’est Jean-François (Fragrant Harbour) qui avait acheté le vinyle d’un autre label que j’avais avec des potes (Normal Music) et il avait grave kiffé la track donc il m’avait proposé de venir jouer à Hong Kong. On s’est super bien entendu et de là est parti notre collaboration sur Fragrant Harbour.

MiXiT: D’où vient l’influence arabe que l’on retrouve dans beaucoup de tes sons et dans des labels différents ?

Renart: Ma mère est assez ouverte aux musiques traditionnelles donc j’en ai écouté pas mal quand j’étais petit. J’aime aussi les décalages tonals, c’est-à-dire que j’aime le fait que dans la musique arabe il n’y ait pas la même échelle de tonalités que dans la musique européenne. C’est pour ça qu’en ce moment je m’intéresse plus particulièrement à la musique indienne, parce que j’aime aussi le fait qu’on ne reste pas forcément dans le même type de notes. Et la musique électronique permet beaucoup plus simplement que les autres styles de musique, par le fait que les ordinateurs sont ultra programmables, d’aller dans des échelles tonales différentes. Par exemple, pour le morceau qu’est sorti sur la compile Acid Arab, j’avais tout simplement pris un VST de Korg et j’avais modifié les scales des touches pour avoir la petite dissonance qu’ils ont quand ils jouent.

MiXiT: Comment composes tu ta musique ? Quel est l’environnement le plus propice à un pic de créativité selon toi ?

Renart: J’ai besoin d’avoir une fenêtre devant moi, si j’ai un mur ça ne marche pas, il faut que j’ai un point de fuite. Au niveau de la façon dont je produis, en fait je ne suis pas du tout d’une école. J’aime beaucoup produire en hardware, et passer ça dans des lecteurs cassettes, détruire les sons… Et en même temps j’adore être sur ordinateur parce qu’il y a des capacités incroyables, avec des nouveaux VST toutes les 30 secondes qui ont des fonctions plus folles les unes que les autres. Donc en fait moi ce que j’aimerais faire c’est le mélange des deux, avoir à la fois le feeling du hardware mais aussi la netteté et les possibilités de ce qu’on peut faire sur ordinateur.

RenartMiXiT: Tu possèdes quel matos ?

Renart: L’Octatrack, la Machinedrum, la Roland MC303, un orgue, un Juno-106, plein de pédales de guitare et une guitare médiévale (permet de jouer des synthétiseurs contrôlés par une guitare).

MiXiT: Quelle a été ta meilleure expérience live ?

Renart: Toutes mes dates ont quelque chose de différent… Mais je me rappelle de la plage du Glazart (2014) où c’était particulièrement l’enjaille. C’était avec une bonne bande de potes, il y avait une bonne atmosphère avec le sable et la chaleur, donc c’était assez parfait.

MiXiT: On parle beaucoup de renaissance de la musique électronique en ce moment. Que penses-tu de ce mouvement ? Tu t’y identifies ?

Renart: La scène musicale est vive en ce moment, surtout à Paris ou Lyon, c’est sûr qu’il y a une scène française. Mais non je ne me sens pas particulièrement comme en faisant partie. Le problème c’est toujours que, quand un style est repris par trop de personnes, je trouve qu’il perd de sa substance parce que ça peut vite tourner au phénomène du « on fait tous la même chose » et justement, je n’ai pas envie de me définir trop comme faisant partie de ça, surtout que je ne suis pas formalisé dans un style.

MiXiT: On a été marqués par le clip angoissant de « Agdistis ». Comment est né ce projet ? Et surtout, quelle interprétation vous en donnez ?

Renart: Ce projet est né avec le même directeur artistique que le clip « voyage chromatique » et je lui donne carte blanche pour la réalisation. Mais l’histoire en gros c’est que ce sont des jeunes qui font la fête et qui se prennent un coup de lune, donc il y a un moment où ils perdent un peu la connexion avec la réalité. C’est comme une ébriété mais un peu extrapolé quoi.

MiXiT: Merci Renart pour cette interview, et à bientôt!

Retrouvez Renart sur sa page Facebook et  son Soundcloud!

.Claire, Daoud, Louis et Marianne.

Si vous avez aimé l’interview, n’hésitez pas à lire celle de la Mamie’s!

Drop a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *