A bord du Camion Bazar

15 oct 2015 | Categories: Entrevues | Posted by: Marianne

Macki Music Festival, Houilles, fin septembre. Le soleil tape et diffuse une certaine euphorie parmi les festivaliers, comme si l’été ne s’était pas arrêté. On danse avec les moutons, compose un air sur des légumes,  crée sa couronne de fleurs… et participe au télé-achat du Camion Bazar. Oui, oui. Plus qu’une scène chill-out mobile, le Camion Bazar se donne pour mission de réinventer la fête. Entre deux séances de gym tonique, on les a questionné sur leur parcours, pour une interview tombée du camion.
camionbazar

MiXiT : Hello le Camion Bazar ! Tout d’abord, question classique : comment est né votre projet ?

Benedetta : Un peu par hasard en fait. On ne s’est pas levés un jour en se disant : « On va créer le Camion Bazar ». On s’est juste dit qu’il faudrait qu’on trouve une manière de faire ce qu’on aime, c’est-à-dire de la musique, de la déco, des jeux…Et qu’en plus de cela on soit mobiles, pour se déplacer sur plusieurs festivals. Du coup on a acheté un camion, on y a mis des platines dedans, on l’a décoré comme on l’aime. Le projet n’était pas du tout ambitieux à la base, mais on a grandi au fur et mesure et maintenant on se retrouve ici ! [Macki Music Festival]

MiXiT : C’était comment le premier set ?

Benedetta :C’était fin avril 2013 à la Cocobeach, première de la saison. On était tous les deux avec Romain, on y a mis tout notre cœur – moi dans la déco et lui dans son set. On a essayé de capter les gens avec notre ovni, même si nombreux sont passés devant sans nous voir. Et puis il y a eu un petit groupe qui a passé la nuit devant, on a partagé de nombreux verres avec eux, et fait des câlins collectifs. C’était parti !

MiXiT : Quel message vous aimeriez faire passer ?

Benedetta :Faire la fête avec le sourire, déguisé comme on veut, sans se juger les uns les autres. On est plusieurs collectifs -comme Otto 10, Alter Paname, la Mamies, D.KO ou Microclimat – à s’être dit qu’il fallait détendre la fête à Paris. On s’est rendu compte qu’on œuvrait pour la même chose,  et depuis on s’est regroupés. Maintenant, on s’invite tous à nos fêtes.

Séance de gym tonic avec le Camion Bazar

MiXiT : Comment tu expliquerais le succès du Camion Bazar ?

Benedetta : Je pense que c’est en partie dû à notre proximité avec le public. On est accessible parce qu’on a envie de faire la fête avec les gens. On parle avec eux, on danse, on les fait jouer, on distribue des paillettes et des bonbons… C’est pas du tout sérieux. Je pense que c’est important d’être relax – des fois ça manque un peu. Quand y’a trop de sérieux, c’est chiant ! Alors qu’avec le Camion Bazar c’est la blague, c’est la rigolade.

MiXiT :   Vous pensez quoi de la fête à Paris ?

Benedetta : C’est de plus en plus un lieu propice à la fête. Depuis 4 ou 5 ans, ça n’a pas arrêté de s’améliorer, de s’agrandir, de se diversifier. Je suis agréablement surprise…Et d’ailleurs,  je ne vois plus l’intérêt d’aller à Berlin. Avant, si on voulait faire la fête on était obligés de partir. Maintenant on est très bien servis.

MiXiT :  Vous vous identifiez à ce renouveau dans la capitale ?

Benedetta : Oui on s’identifie à ce renouveau. On a fait partie de la première vague, sans faire exprès. On avait juste envie de faire la fête autrement, que le classique club/froid/tech house/after, tous habillés pareil et sans fantaisie. On avait l’exemple du bar25 qui envoyait du confetti par kilo, les gens déguisés, les paillettes, les afters en plein air toute la journée, les jeux, la rigolade. Nous, et plein de nouveaux collectifs, on a eu envie de ça. De musique joyeuse aussi, et surtout d’arrêter cette distance dj/public avec des dj superstar sur des grosses scènes

MiXiT :  Quelles sont vos principales références musicales ?

Benedetta : C’est difficile à dire. On a écouté de tout, on s’est forgés au rock, au dub, au métal, à la musique psyché, aux fanfares et à la cold wave, en passant par le hardcore, la trance et la french touch. La musique électronique s’inspire de tous les genres, elle est tellement variée, on s’y retrouve très bien.

MiXiT :  Vous avez un public fidèle ?

Benedetta : Oui, on retrouve souvent les mêmes têtes devant le camion. Des gens colorés, qui brillent, qui dansent et chantent à tue-tête et qui se prennent dans les bras. Les mêmes qu’aux otto10, Alterpaname, Macki, Chateau perché…

MiXiT :  Au-delà de vos sets- qui rencontrent un vif succès  – la production, ça ne vous tente pas?

Benedetta : On préfère être avec les gens, faire le spectacle et voir leurs réactions, plutôt que de s’enfermer dans un studio.

camionOKKKK

MiXiT :  Quel matériel vous utilisez ?

Benedetta : On a deux platines vinyles, 2 CD, un drumpad, mais aussi des casseroles et des fruits !

MiXiT :  Vous avez des projets à venir ?

Benedetta : On aimerait se diversifier. Par exemple, aujourd’hui (au Macki Music Festival) on a fait une fausse conférence de télé-achat avec le public. Changer de déco aussi. En ce moment, on fait un appel au don de peluches sur notre page Facebook, pour récolter de nouvelles pépites à notre collection !

Enfin on voudrait s’agrandir. Acheter une caravane pour y faire une micro fête en parallèle, ou un stand de maquillage.

MiXiT : Vous avez une anecdote de tournée à nous raconter ?

Benedetta :Juillet dernier, à l’Electrobotik, un Festival Trance/Hardcore près d’Avignon. On était invités pour y faire le CamionBazar. On est repartis avec pleins de sourires et surtout… un nouveau compagnon ! Jacqui, notre jeune chien, qui est devenu la mascotte du camion.

 

MiXiT :  Votre track du moment ?

Merci à vous !

Vous pouvez suivre le Camion Bazar sur leur page Facebook : https://www.facebook.com/LeCamionBazar?fref=ts

.Marianne & Elisabeth.

Drop a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *